Blog Archives

Abandon

Les vieux, arrêtez tout, rien ne va plus.
Mes parents ont osé m’abandonner.
Depuis 17 mois, je m’échine chaque jour à rendre leur vie plus belle, à la parsemer de petits plaisirs quotidiens (un petit cacakipu par-ci, un petit pipidanleuil par-là) et pour quoi ? Je vous le demande. Aucune reconnaissance, rien, nada, tchi. Ils sont partis en week-end sans moi. Soi-disant pour fêter leur anniversaire de mariage. Ils avaient eu la décence de ne pas me faire le coup l’année dernière, parce que j’étais trop petit, il faut croire que les bonnes habitudes se perdent.

Pourtant, j’ai tout fait pour les en empêcher.
Leur départ était initialement prévu en septembre. Ca faisait des jours que je les entendais en parler, genre j’existe pas. La veille, j’ai vu la valise se remplir, il n’y avait aucune affaire à moi à l’intérieur. Ils ne pensaient quand même pas que j’allais les laisser faire sans broncher ? Eh ben si, ils y ont cru. Les inconscients.
Le matin du départ, quand ma mamie est arrivée pour me garder, mon plan était déjà en route. Une jolie fièvre, ma toute première, pour leur faire comprendre que ce ne serait pas si facile. Ça a marché, ils ont annulé. J’ai même eu droit à un cadeau pour me réconforter. Je suis un génie.
Après, je n’en ai plus entendu parler. Je pensais que c’était terminé, qu’ils avaient compris. Que nenni, les vieux, que nenni. Ils sont malins, mes parents. Ils faisaient exprès de ne plus en parler devant moi, mais le week-end dernier, ils sont partis, me laissant seul avec mamie.
Bon, j’avoue, j’ai passé un super week-end, on a passé des heures à jouer avec ma grand-mère et elle m’a fait des câlins dans l’oreille, j’ai kiffé.

Le dimanche soir, quand mes parents sont revenus, ils ont fait comme si de rien n’était. Les fous. Ils m’ont pris dans leurs bras en me couvrant de bisous, genre j’allais tout oublier et leur pardonner direct. Évidemment, j’ai fait mon sauvageon, comme si c’était la première fois de ma vie que je les voyais. « Qui êtes-vous ? ». J’ai été obligé de céder en réceptionnant mes cadeaux.

Read more »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Déjà.

Il y a pile un an, minute pour minute, ma reum poussait et moi aussi. Elle, de toutes ses forces. Moi, mon premier cri.
Je découvrais les visages qui allaient avec les voix que j’avais entendues pendant huit mois.
Mon père et ma mère.
Mes parents.

Ma reum résiste péniblement à l’envie de faire un bilan sur son blog. Vous savez, le genre de bilan qui explique à quel point j’ai changé, que je suis passé de 3 à 10 kilos, de la position allongée à la position debout, d’une dentition aussi fournie que le crâne de mon grand-père à une mâchoire de pitbull. Elle ne le fera pas, je commence à la connaître la bougresse, elle va plutôt me déclarer sa flamme. Elle pense sans doute que ça ne suffit pas de le faire à longueur de journée, il faut aussi le faire publiquement.
Bref.
Moi je vais le faire, le bilan. Parce que si j’ai évolué, je peux vous dire que mes vieux aussi. Et pas qu’un peu.

Avant, ils s’envoyaient des petits cœurs par SMS.
Maintenant, ils s’envoient des photos de moi par MMS.

Read more »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les mamans testent et j’aime ça

Il y a quelque temps, j’ai reçu un livre. Enfin plus exactement ma reum a reçu un livre. Elle l’attendait depuis longtemps, je me demandais ce qu’elle avait à guetter la boite-aux-lettres comme ça, je commençais à me dire qu’elle avait un amant et qu’il allait falloir que j’annonce la nouvelle à mon père. J’avais même commencé à imaginer ma tirade : « Papa, il faut qu’on parle d’homme à homme… ».
Et puis j’ai compris, le jour où elle est revenue de la boîte-aux-lettres en faisant des bonds et en poussant des petits cris. Je précise à toutes fins utiles que ladite boîte est au bout d’un chemin qui dessert plusieurs maisons. Depuis, les voisins appellent ma reum  » le cabri hystérique ».

Ce jour-là, elle avait dans ses mains une enveloppe qu’elle s’est empressée de déchirer pour découvrir le précieux. Ce faisant, elle est passée par tous les sentiments : la joie en le voyant si beau, la tendresse en voyant le nom de son amie sur la couverture, l’amour en feuilletant quelques pages, la fierté en découvrant son prénom dans les remerciements, l’émotion en lisant la dédicace qui l’accompagnait.
J’ai failli me lever et lui dire « youhou maman, t’as cru que tu venais d’accoucher ou bien ? » et puis je me suis dit que j’allais passer pour un jaloux. Enfin surtout je ne sais ni me lever, ni parler.

Read more »

Rendez-vous sur Hellocoton !